L’Europe de la déflation sociale | Mediapart/Martine Orange

La déflation sociale est-elle donc devenue désormais le cœur de la politique de l’Europe? Asphyxiés par les dettes, liées à la crise, à la baisse des rentrées fiscales et au sauvetage du secteur financier, les gouvernements n’ont guère d’autres choix, s’ils se refusent, comme depuis deux ans, au moindre changement  par rapport au monde financier. Et plus encore face au dogme d’une fiscalité allégée pour les plus riches et les entreprises, qui a appauvri systématiquement les Etats depuis trente ans.

Si tous ces paramètres restent identiques, l’euro se révèle être un corset de fer dans cette période de crise: les pays n’ont aucune possibilité de dévaluer, de jouer sur les taux, d’utiliser l’inflation. Dès lors, la seule arme qu’il leur reste est l’ajustement social, une dévaluation interne qui ne dit pas son nom.

C’est la politique qu’a mise en œuvre l’Allemagne avec succès à partir de 2002 dans le cadre de son Agenda 2010, soutenue par tous les partis politiques et les syndicats, font remarquer certains analystes. Et cela a été un succès, soutient le gouvernement allemand qui demande désormais que la même rigueur soit appliquée aux autres. Mais les structures comme les circonstances sont différentes. D’abord, l’Allemagne a une industrie très qualifiée, de forte valeur ajoutée et très exportatrice. Ce qui n’est pas le cas de toutes les économies européennes. Ensuite, ce programme d’ajustement faisait suite à de forts dérapages liés à la réunification et il a été mené pendant une période d’expansion de l’économie mondiale. Le coût social, malgré tout, en a été très élevé. Enfin, l’Allemagne a été gagnante car elle a été la seule à mener ce programme. Ses excédents commerciaux ont été nourris par les déficits de l’Europe, qui lui a assuré 75% de ses débouchés. Qu’adviendra-t-il à l’Europe, et même à l’Allemagne, si l’ensemble de l’économie européenne plonge dans la déflation?

Une Europe exsangue, qui faute d’institutions lui donnant la possibilité de faire fasse aux crises, n’a d’autre choix que d’essayer de s’en sortir par le chacun pour soit en exportant les chômage chez les voisins, dans une logique infernale…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :