L’Europe et le chant

Présentation du programme de l’Ensemble Les Agités du Vocal pour la journée de l’Europe

 



Dans le cadre de la journée de l’Europe, nous avons choisi des chants qui représentent une polyphonie de langues européennes. Cette polyphonie, on la retrouvera dans chacun des chants. Car ce qu’il faut bien voir, c’est que le chant et l’Europe se marient bien.

En effet, si on peut résumer l’ambition européenne en une phrase, c’est créer de l’unité à partir de la diversité, avec la diversité.

Et bien le chant, ce n’est pas si éloigné de ça. Ici, on crée de l’ordre à partir du désordre et avec le désordre, on crée de l’harmonie à partir du chaos et avec le chaos et la diversité.

C’est ainsi qu’au niveau des arts, on retrouve dès la renaissance un mouvement européen qui essaime à partir de l’Italie. C’est la raison pour laquelle, nous allons chanter un premier chant de la renaissance italienne, qui s’appelle O Felice Nochiero d’Orazzio Vecchi. Il parle d’un heureux marin qui trouve l’amour au cours de ses voyages.

 Nos prérigrinations nous amèneront en Espagne pour conter la plainte d’un berger aux prises avec une passion amoureuse mortelle. Il s’agit d’un extrait du Concierto de Palacio de Jacobus.

Puis, nous nous arrêterons en Allemagne pour chanter un choral de Martin Luther le christ Tag Todesbanden qui traite de la résurrection du Christ.

On chante

On va enchaîner par une incursion dans le baroque et le classique, avec HUSH, une berceuse de Purcell, un extrait d’opéra puis un extrait de la messe brève de Léo Délibe.

On chante.

Il m’est donné l’occasion de vous présenter notre accompagnatrice au clavecin, Karen Enrech, qui est professeur à l’école de musique.  Elle va nous jouer un Rondo les Barricades de Couperins.

Pour la dernière partie, nous faisons un retour à la renaissance, cette fois-ci française, pour des chansons très libertines.

Il s’agit d’abord de Il était une fillette de Clément Janequin, fillette qui découvre les joies de l’amour.

Puis Alors que mon cœur s’engage de Pierre Bonnet, qui fait l’éloge de l’infidélité.

Ensuite, de glissantes eaux de Costeley, qui fait un parallèle entre la nature et sa maîtresse qu’il veut servir jusqu’à la mort.

Enfin, je t’aime ma belle ta danse me plaît toujours de Costeley, chanson à double sens qui fait l’éloge du rapport amoureux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :