Le droit constitutionnel réinterprété – La vie des idées

Dans ces conditions, ce que la tradition constitutionnelle désigne habituellement par « sources du droit » (constitution, lois, règlements, arrêts, décisions) n’établit plus simplement, selon l’auteur, un ensemble de textes mais consiste plutôt en un cadre de significations au sein duquel les interprètes, principalement les juges, opèrent des choix et construisent des énoncés « implicites » qu’aucun texte n’exprime par nature. Ce dépassement de la conception classique permet à Guastini de développer une théorie réaliste de l’interprétation. Le juge, en ce sens, n’est plus considéré comme un interprète « objectif », raisonnant purement et logiquement, par syllogisme ou déduction. Il est au contraire le véritable créateur de la loi et non plus seulement la « bouche de la loi ». Cet ouvrage bat donc en brèche de nombreuses certitudes, en indiquant habilement que le droit a besoin de la théorie analytique du droit en tant qu’il est un matériau constitué de l’« ensemble de significations » (p. 43) que les juges lui donnent et non un ensemble d’obligations qui s’imposent par elles-mêmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :