Primaires ouvertes du PS

Dans une « contre-enquête » du Monde en date du 1er mars à propos des « primaires ouvertes » à toute la gauche pour désigner le candidat du PS à l’élection présidentielle, on lit ceci par rapport aux interrogations sur la nature de « dépenses électorales » devant figurer ou pas dans le compte de campagne des dépenses afférentes à ce ty de scrutin :

« Il peut être plaidé que les dépenses exposées dans ce cadre n’entrent pas dans les dépenses de campagne présidentielle », estimait sans grande certitude M. Montebourg, se fondant sur le fait que « la position de la CNCCFP n’a pas de force juridique, il ne s’agit que d’un avis ». « Il s’agit, distinguait-il, de dépenses exposées en vue de la candidature à l’élection et non en vue de l’élection. » En tout état de cause, ajoutait-il, « on voit mal le Conseil constitutionnel censurer une élection largement acquise au motif que les dépenses de précampagne n’ont pas été intégrées ». Tout en jugeant malgré tout comme « une hypothèse sérieuse » le rejet du compte et le non-remboursement en cas de défaite électorale. Un pari pour le moins risqué.

Tout cela est un peu désinvolte. Faudrait-il se résoudre à qu’une même illégalité puisse être différemment appréhendée selon que le candidat est vainqueur ou vaincu ? A mon sens, il pourrait être soutenu d’emblée que par respect du principe de légalité et de prudence, il vaut mieux considérer qu’il s’agit de dépenses électorales, exposées en vue de l’élection du candidat…

En revanche, si l’article en question fait part de doutes sur la constitutionnalité de primaires, cela ne me semble pas avéré du tout. Il ne s’agit qu’un même pas d’un nouveau « tour » de scrutin » nécessitant une modification préalable de la Constitution.

Mais les principaux risques sont à mon sens politique. J’ai bien peur qu’il s’agisse d’une machine à perdre, accentuant davantage les fractures au sein du PS. Les primaires sont parfaitement adaptées à un mode de scrutin à un tour, dans un système électoral où les électeurs peuvent s’inscrire directement sur les listes électorales en indiquant leur préférence. De fait, dans ce cas, les primaires jouent le rôle d’un véritable 1er tour de scrutin neutre et institutionnalisé. En France, la participation a ces primaires risque d’être ridicule et aboutir à un choix qui ne se distinguerait pas de celui des sondages…

Beaucoup de bruits et de risques pour pas grand chose…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :