Liberté, Libertés chéries: La liberté d’expression de l’avocat ou les limites du secret professionnel

Enfin, ultime coup porté à la jurisprudence française, la Cour rappelle que les avocats, comme auxiliaires de justice, contribuent à assurer la confiance du public dans l’action des tribunaux. Ils ont le droit de se prononcer publiquement sur le fonctionnement de la justice et de participer à des « débats d’intérêt général« . Tel est le cas d’une affaire qui intéresse directement la santé publique, sur laquelle l’opinion a le droit d’être informée. 


Sur ce point, l’arrêt ne fait qu’étendre aux avocats la solution apportée par la jurisprudence Dupuis c. France du 7 juin 2007. La Cour avait alors fait prévaloir la liberté d’expression de deux journalistes qui avaient écrit un livre sur les écoutes de l’Elysée, alors même qu’ils étaient coupables de recel de violation de secret professionnel. A l’appui de ce libéralisme, la Cour invoquait alors « la demande soutenue et concrète du public » qui veut être informée d’une affaire qui suscite un débat d’une grande ampleur. Autant dire que les journalistes sont considérés comme les « chiens de garde » des libertés. Les avocats aussi. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :