Liberté, Libertés chéries: Le Tonsuré désemparé face à la laïcité

L’effet boomerang de la liberté religieuse

La décision conduit à une situation étrange, car notre requérant s’appuie sur le droit laïc et demande l’application du droit commun.

L’association diocésaine, à l’inverse, s’appuie sur l’article 1er de la loi du 9 décembre 1905 : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes« . Elle invoque également l’article 9 de la Convention européenne selon lequel « toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion« . Derrière ces références à la liberté de religion se cache en réalité la revendication de la supériorité du droit religieux sur le droit laïc. En l’espèce, il s’agit d’imposer un sacrement comme élément conditionnant le droit à une prestation sociale. L’atteinte au principe de laïcité est alors évidente, car la religion sort de la sphère privée pour pénétrer dans la vie sociale. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :